1.200 éthylotests distribués

Obligatoire depuis le 1er juillet, verbalisable (11 € d'amende) à partir du 1er novembre, l'éthylotest est l'une des vedettes de la Foire-exposition de Saint-Brieuc. Vedette car l'objet se fait rare dans les grandes surfaces, pharmacies et autres magasins spécialisés dans l'automobile. «Il est toujours en rupture de stock», confirme l'adjudant-chef Pascal Lelandais de la gendarmerie de Rennes. Vedette aussi, car depuis le début de la foire, il est distribué gratuitement à 1.200 exemplaires par les représentants de la préfecture des Côtes-d'Armor. «Ça tombe bien car certains visiteurs sur notre stand étaient un peu en panique de ne pas en avoir dans leur voiture», explique Stéphane Cazuguel, de la direction départementale de la sécurité publique des Côtes-d'Armor.

Lever le doute

Quels sont les conseils d'usage? «L'éthylotest s'adresse surtout aux personnes qui ont absolument besoin de conduire et qui ont un doute sur leur taux d'alcoolémie», affirme Pascal Lelandais. Après, le taux d'alcoolémie varie en fonction du poids, du sexe, de l'état de santé ou de fatigue de la personne. En règle générale, un verre contient 10g d'alcool (cela équivaut à 0,2g d'alcool par litre de sang). «L'idéal, poursuit le gendarme, est de n'avoir aucun doute et de ne boire aucun verre d'alcool si on doit prendre le volant.» Pratique. Un éthylotest reste valide durant un à deux ans selon les modèles. Une date de péremption est apposée sur le produit.