Si entre l'heure de votre interpellation et l'heure de votre premier souffle, un délai de 30 minutes n'a pas été respecté, vous pourrez contester la mesure. En effet, les certificats d'homologation des appareils stipulent  « qu'après avoir absorbé un produit ou fumé, il faut attendre 30 minutes avant de souffler dans l'appareil ».

La jurisprudence a donc confirmé que cette erreur constituait un moyen de nullité du procès-verbal ne rendant plus fiables les mesures du taux d'alcoolémie.

Mais sachez que les tribunaux ont depuis longtemps trouvé la parade. En effet, ils requalifient les faits en "conduite en état d'ivresse manifeste" dès lors que la procédure pénale laisse apparaître des signes d'ivresse caractérisée (yeux rouges, élocution bégayante, perte d'équilibre, titube, etc.).

source : Le Figaro du 15/07/14